“Appeler les choses par leur nom” : Les “démagogues fascistes engagés” qui n’ont pas leur place dans une campagne pour défendre Julian Assange.

par Davey Heller. Il s’agit de la traduction en français d’un article du 20 octobre 2018.

La montée du fascisme à l’échelle mondiale, constitue une menace mortelle pour la classe ouvrière internationale. La lutte contre cette menace est indissociable de la campagne plus large contre la tendance à la guerre mondiale et à la censure d’Internet. Le creuset de cette campagne est la défense de Julian Assange.

C’est pourquoi classconscious.org a pris position – que les personnalités d’extrême droite, fascistes et médiatiques ne devraient pas être mises en avant aux côtés des orateurs progressistes lors des vigiles mensuelles en ligne #Unity4J pour défendre Julian Assange.

Nous rejetons la perspective selon laquelle “l’unité est l’acte de résistance ultime” quand cela signifie se tenir aux côtés de ceux qui aident à cultiver une base fasciste mortelle aux États-Unis et dans le monde. Les personnes que nous avons critiquées sont Cassandra Fairbanks, Lee Stranahan, Ross Cameron, H.A. Goodman et Jack Posobiec.

Leon Trotsky, un leader de la révolution russe et le principal opposant au stalinisme, a souligné la nécessité politique “d’appeler les choses par leur nom”. Ces personnes ne sont pas des “journalistes indépendants” qui défendent les droits démocratiques, mais des “démagogues fascistes engagés” qui travaillent pour une partie de la classe dirigeante afin de construire un mouvement fasciste de masse.

QU’EST-CE QUE LE FASCISME ?

Le fascisme apparaît en période de crise capitaliste. Le chaos économique qui a suivi la première guerre mondiale et qui a conduit à la Grande Dépression a donné naissance au fascisme européen. Il a d’abord pris le pouvoir en Italie avant de s’étendre à d’autres pays, dont le plus désastreux pour le monde, l’Allemagne.

Un manifestant néo-nazi lors des récentes manifestations d’extrême droite à Chemnitz, en Allemagne

Aujourd’hui, après la crise financière mondiale (GFC) de 2008 et l’aggravation de la crise capitaliste de ce siècle, le fascisme fait à nouveau son apparition. Des partis fascistes sont au pouvoir en Ukraine, aux Philippines, en Hongrie, en Pologne, en Autriche et en Italie. Ils sont en hausse en France, au Brésil, en Allemagne, en Suède, au Danemark, aux Pays-Bas, dans les pays baltes, en Croatie, en Slovaquie, en République tchèque et, surtout, aux États-Unis, avec à leur tête le fasciste Donald Trump.

Dans un contexte d’inégalités croissantes et de menace de guerre mondiale, on ne peut plus compter sur les mécanismes “normaux” pour empêcher la classe ouvrière d’entrer dans la lutte révolutionnaire.

Une fois de plus, la classe dirigeante (en crise) a besoin d’un mouvement pour empêcher la révolution socialiste. Le fascisme est une idéologie dont l’objectif spécifique de classe est de développer un mouvement de masse qui peut installer un gouvernement dictatorial pour écraser la classe ouvrière et ouvrir la voie à une guerre totale.

Ce mouvement ne naît pas spontanément. Il doit être cultivé en répandant la saleté du racisme, du nationalisme extrême, de la xénophobie et du militarisme auprès de la petite bourgeoisie (classes moyennes) et des éléments de la classe ouvrière désorientée. États de Trotsky : “De cette façon, le grand capital ruine les classes moyennes et ensuite, avec l’aide de démagogues fascistes engagés, incite la petite bourgeoisie désespérée contre l’ouvrier”.

Le fascisme ne peut trouver un public qu’en raison de la crise du leadership de la gauche. Depuis les années 1970, la classe ouvrière a été trahie par les partis sociaux-démocrates du monde entier, comme les démocrates aux États-Unis et leurs partenaires des syndicats. Il y a un manque de leadership révolutionnaire de gauche dans le monde entier. C’est pourquoi les démagogues fascistes trouvent un public si réceptif.

FASCISME 2.0 – COMMENT MAGA (MAKE AMERICA GREAT AGAIN) DIFFUSE LE FASCISME VIA LE WEB

Alors que les “démagogues fascistes engagés” de l’époque de Trotsky utilisaient les outils de la radio, du cinéma et de la presse écrite, l’extrême droite d’aujourd’hui utilise pleinement les sources médiatiques en ligne, y compris les médias sociaux.

Il s’agit notamment des “médias d’information” en ligne d’extrême droite qui sont financés par les ultra-riches et aussi de l’utilisation des médias sociaux comme Facebook et Twitter. Ces plateformes médiatiques en ligne ont été utilisées avec succès pour “intégrer” les idées d’extrême droite et aider à l’élection de Donald Trump.

Les “journalistes” que nous avons nommés : Stranahan, Fairbanks, Cameron, Goodman et Posobiec, sont en fait tous des personnalités de premier plan qui se sont immergées dans cet écosystème en ligne d’extrême droite que sont les sites web et les plateformes de médias sociaux.

Le simple fait d’énumérer les suivis de ces individus dans les médias sociaux permet de situer leur influence dans un certain contexte.

Lee Stranahan – Les 83.3K adeptes de Twitter

Cassandra Fairbanks – Twitter 154K followers

Jack Pobeseic – 378K followers sur Twitter

H.A. Goodman – Twitter 28.6K Youtube 117 988 abonnés

Ross Cameron – Les 16.4K adeptes de Twitter

L’étiquetage “classconscient” de ces journalistes comme fascistes de droite a été rejeté avec véhémence par la direction de #Unity4J. Un examen de leurs antécédents respectifs confirme toutefois pleinement nos affirmations

Lee Stranahan qui a participé à de nombreuses veillées #Unity4J

Lee Stranahan, qui a participé à toutes les veillées de #Unity4J depuis juin, est décrit sur le site web de #Unity4J comme “Journaliste, radiodiffuseur, faultlines”. #Unity4J, ne fait référence qu’à son dernier concert à l’agence de presse Spoutnik. Cependant, Stranahan, jusqu’en mars 2017, était le reporter principal d’investigation du site d’extrême droite Breitbart News. Stranahan a travaillé pour Breitbart News de façon ponctuelle de 2010 à 2017.

L’influence de Breitbart News dans l’intégration de l’agenda d’extrême droite est difficile à surestimer. Co-fondé par Andrew Breitbart et Steve Bannon en 2007, Breitbart News est devenu encore plus influent lorsque Bannon a pris la direction de la rédaction en 2012 (à la mort d’Andrew Breitbart). Bannon a fièrement déclaré en 2016 que “nous sommes la plateforme des droits de l’homme”. En janvier 2016, Breitbart.com recevait 17 millions de visites mensuelles et était le site d’extrême droite le plus populaire sur le net.

Le site World Socialist Website résumait ainsi la politique de Breitbart News et de Bannon

Sous la direction de Bannon, Breitbart News émettait un flux constant de saletés antisémites, antimusulmanes et de conspiration d’extrême droite. La décision de Trump de faire entrer Bannon à la Maison Blanche a été célébrée par l’ancien chef du Ku Klux Klan, David Duke. “Il semble que nous ayons pris le relais”, a déclaré Duke à un interviewer.

Bien que Stranahan puisse minimiser ses liens avec Breitbart News lorsqu’il apparaît sur les veilles en ligne de #Unity4J, il est loin d’avoir honte de son association. Pas plus tard que le 6 octobre, afin de solliciter des dons de ses partisans d’extrême droite, Stranahan a tweeté qu’Andrew Breitbart avait déclaré que travailler avec lui était “la meilleure expérience professionnelle de sa vie”. Quant à son autre employeur chez Breitbart News, Stranahan a déclaré : “J’aime Bannon“.

Steve Bannon et Andrew Breitbart incarnent la trinité impie de l’Amérique des affaires et de l’actuelle Maison Blanche Trump, et la façon dont ils travaillent ensemble pour construire une base fasciste.

Steven Bannon lui-même est un ancien militaire, ancien banquier d’affaires de Goldman Sachs. Bannon a été le PDG de la campagne électorale de Trump et a été le stratège en chef de la Maison Blanche jusqu’en août 2017.

Trump et Steve Bannon.

Bannon a contribué à ce que le milliardaire Robert Mercer, gestionnaire de fonds spéculatifs, finance Breitbart News à hauteur de 10 millions de dollars. La fille de Robert Mercer, Rebekah Mercer, joue toujours un rôle actif dans Breitbart News. Les Mercer ont fait don de dizaines de millions de dollars à la campagne républicaine en 2016 et ont soutenu Donald Trump. La récompense de Rebekah Mercer a été un rôle dans le processus de sélection du cabinet réactionnaire de Trump.

Les Mercer, aux côtés d’autres milliardaires qui soutiennent Trump, soutiennent son programme de destruction des services sociaux, de réduction des impôts sur les sociétés et de guerre impériale. Ils comprennent le type de mouvement politique nécessaire pour mettre en œuvre un programme aussi impopulaire et anticlasse ouvrière.

Ce sont ces forces qui ont dirigé et financé Breitbart News et payé les salaires de Stranahan pendant sept ans.

Un tweet du fondateur de Gateway Pundit, Jim Hoft, dans la salle de presse de la Maison Blanche avec Lucian Wintrich.

Cassandra Fairbanks est simplement décrite comme une “journaliste” sur le site web #Unity4J. Les salaires de Fairbanks sont payés par Jim Hoft, le fondateur de The Gateway Pundit, un autre “site d’information” d’extrême droite très connu qui a contribué à la construction d’une base fasciste aux États-Unis et qui a également soutenu Trump en 2016. Fairbanks a également travaillé auparavant pour Big League Politics, un site d’information d’extrême droite fondé par d’anciens employés de Breitbart.

Cassandra Fairbanks et Mike Cernovich.

Fairbanks a figuré en bonne place dans les vigiles de #Unity4J, tout récemment le 6 octobre. Fairbanks s’est rendu célèbre dans les médias sociaux en tant que soi-disant militant de gauche, soutenant Black Lives Matters et Bernie Sanders, avant de devenir, lors des élections de 2016, un partisan enthousiaste de Trump et MAGA.

Fairbanks a été politiquement et personnellement lié à des personnalités de haut niveau, suprémacistes blancs et d’extrême droite. Elle a essayé sans succès d’utiliser les tribunaux pour faire supprimer une photo d’elle donnant un symbole nationaliste blanc dans la salle de presse de la Maison Blanche aux côtés d’une figure de la haute droite, Mike Cernovich. Fairbanks a également soutenu le parti fasciste allemand “Alternative für Deutschland”.

Cameron sur Sky News approuvant Trump.

Ross Cameron a participé à de multiples veillées #Unity4J, dont la plus récente a eu lieu le 6 octobre. Il est décrit par #Unity4J comme “animateur de télévision, Sky News Australia”.

Cette description occulte le fait que Cameron est un ancien politicien du parti libéral et un réactionnaire islamophobe, homophobe et sceptique du climat renommé qui travaille pour la version australienne de Fox News de Rupert Murdoch.

Cameron est essentiellement un appendice australien de MAGA. Il a fait participer Donald Trump à son émission et, le soir des élections de 2016, il a aidé à organiser une célébration des “Trump’s Aussie Mates”. Ross Cameron est également apparu aux côtés de l’ex-Breitbart News et de la figure de proue Milo Yiannopoulos lors de sa tournée en Australie.

Rupert Murdoch and Trump

Que Rupert Murdoch ait donné à un tel chiffre une position médiatique de haut niveau n’est pas surprenant. Comme l’indique le site web du parti socialiste mondial :

L’empire médiatique de Murdoch, avec des médias tels que Fox News, soutient de manière importante la campagne “America First” du président Donald Trump visant à restaurer l’hégémonie du capitalisme américain après la Seconde Guerre mondiale et à cultiver un mouvement d’extrême droite pour détourner le mécontentement croissant de la classe ouvrière dans des directions nationalistes et xénophobes.

Jack Posobiec et le fondateur des Proud Boys, Gavin McInnes.

Jack Posobiec, qui est apparu lors de la première vigile de #Unity4J en juin, est décrit sur le site web de #Unity4J comme un “journaliste, activiste conservateur“. En réalité, Posobiec est un ancien officier de renseignement de la marine qui travaille maintenant pour la chaîne de télévision câblée d’extrême droite pro-Trump, un média – One American News Network (OAN) appartenant à un homme d’affaires millionnaire, Jack Herring. Posobiec a fait la promotion de la théorie de la conspiration de la pizza, selon laquelle des démocrates très en vue dirigent un réseau de prostitution enfantine dans un restaurant de pizzas de Washington.

L’utilisation de cet écosystème en ligne pour faire avancer la politique américaine encore plus à droite a été très consciente. Ce n’est pas par hasard que Steve Bannon a contribué à la création de Cambridge Analytica, qui s’est avéré être en train de récolter des données sur Facebook pour aider à l’élection de Trump. Cambridge Analytica est également détenue en partie par l’ami de Bannon mentionné ci-dessus, le milliardaire Robert Mercer.

L’extrême droite étudie scientifiquement comment diffuser ses idées et son influence tout en contournant les traditionnels gardiens de la presse grand public et des partis bourgeois. Cela fait écho à l’exploitation pionnière des données démographiques par le parti nazi allemand pour cibler la propagande au début des années 1930. L’utilisation continue de Twitter par Trump est une autre manifestation de cette stratégie. Les journalistes de #Unity4J que nous avons nommés font partie de ce projet d’extrême droite.

LA VIOLENCE DANS LES RUES – LES “CHEMISES BRUNES” DE MAGA

Une autre caractéristique du fascisme est la constitution de forces paramilitaires qui peuvent être utilisées pour infliger la violence et la terreur à leurs opposants de la classe ouvrière. Comme les Chemises noires italiennes et les Chemises brunes allemandes avant elles, de telles forces se développent dans le cadre de la menace du fascisme aux États-Unis. Ce phénomène a explosé dans la conscience du public avec le rassemblement “Unite the Right” à Charlottesville en 2017. Des milices lourdement armées ont été autorisées par la police à envahir les rues, la droite s’étant jointe à des néo-nazis pour mener une émeute fasciste qui a culminé avec le meurtre de la manifestante antiraciste Heather Heyer.

Militia at Unite the Right, 2017.

Aux États-Unis, les groupes de suprématie blanche tuent beaucoup plus de gens que tout autre groupe, y compris le croque-mitaine des “extrémistes islamiques”, officiellement promu.

La fusion de ces forces violentes avec le mouvement MAGA a pu être constatée lors de l’événement “Unite the Right 2” à Washington, où un petit groupe de fascistes, dont beaucoup portaient leur casquette “Make America Great Again”, ont protesté avec la protection totale de l’appareil de sécurité de l’État “Homeland”.

Gavin McInnes et ses Proud Boys.

Les Proud Boys, dirigés par le co-fondateur de Vice Media – Gavin McInnes, sont un autre gang fasciste MAGA/Pro-Trump. Ce montage vidéo montre McInnes incitant à la violence. Il a incité ses adeptes à étrangler, frapper, tirer et tuer des gauchistes, des transexuels et tout autre adversaire. McInnes a déclaré : “Je veux de la violence, je veux des coups de poing dans le visage. Je suis déçu par les partisans de Trump qui ne donnent pas assez de coups de poing”.

Cassandra Fairbanks défend McInnes comme un “bon gars” dans le Tweet du 22 octobre.

Les Proud Boys établissent désormais des liens directs avec le parti républicain. Le 12 octobre, Gavin McInnes a prononcé un discours au Metropolitan Republican Club à Manhattan. Devant la police, à l’extérieur de l’événement, il a agité un katana devant les manifestants de l’ANTIFA et, à l’intérieur, il a reconstitué l’assassinat au couteau d’un politicien socialiste japonais, qui s’est produit en direct à la télévision en 1960. Proud Boys a été filmé après l’événement en train d’agresser des manifestants antifascistes.

Certains des intervenants d’extrême droite sur #Unity4J sont directement associés à ces violents voyous. Par exemple, en janvier 2018, Mike Cernovich a organisé une “Nuit pour la liberté” à Manhattan, où Jack Posobiec a parlé aux côtés de Gavin McInnes. Cassandra Fairbanks était également présente et est une ardente partisane de Gavin McInnes (voir image de droite).

POURQUOI WALL ST A BESOIN D’UN MOUVEMENT FASCISTE MONDIAL

La culture du fascisme sert les intérêts du capital financier américain dans des conditions de crise capitaliste au niveau national et mondial. Au niveau national, la seule façon de maintenir les profits est de mettre en œuvre des politiques d’extrême austérité, ce qui nécessite un gouvernement de dictature totale. Au niveau international, le capital financier américain doit également dominer et soumettre ses concurrents capitalistes, ce qui nécessite un gouvernement capable de mettre en œuvre des politiques de guerre totale. Une dictature à l’intérieur du pays est alors également nécessaire pour supprimer l’inévitable mouvement de la classe ouvrière contre la guerre.

Trotsky a résumé la nécessité pour le fascisme de se projeter dans le monde :

Les forces productives sont en contradiction irréconciliable non seulement avec la propriété privée mais aussi avec les frontières nationales de l’État. L’impérialisme est l’expression même de cette contradiction. Le capitalisme impérialiste cherche à résoudre cette contradiction par une extension des frontières, la saisie de nouveaux territoires, etc. L’État totalitaire, qui soumet tous les aspects de la vie économique, politique et culturelle au financement du capital, est l’instrument de la création d’un État super-nationaliste, d’un empire impérialiste, de la domination des continents, de la domination du monde entier.

Les mêmes forces de classe qui tentent de construire une base de masse pour le fascisme aux États-Unis cultivent également le fascisme dans le monde entier pour faire avancer les intérêts de l’empire impérialiste américain. Le plan consiste à installer des gouvernements d’extrême droite dans le monde entier pour supprimer leurs propres classes ouvrières et s’aligner sur les objectifs géopolitiques des États-Unis. En effet, certains des “journalistes indépendants” de #Unity4J sont liés à ce projet mondial.

Steve Bannon, l’ancien patron de Breitbart de Stranahan, a créé une organisation appelée “The Movement” pour aider les partis d’extrême droite au niveau international. Il a rencontré Marine Le Pen en France, Victor Orban en Hongrie et l’AfD en Allemagne. Il conseille actuellement le fasciste brésilien Jair Bolsonaro. La société de données de Bannon, Cambridge Analytica, a également aidé l’extrême-droite Nigel Farrage et la campagne de Brexit.

(g-d) Cassandra Fairbanks, Petr Bystron (AfD) , Steve King (républicain) et Jim Hoft au Gateway Eagle Council.

L’employeur de Cassandra Fairbank a également été occupé à promouvoir le fascisme au niveau international. En septembre, The Gateway Pundit a co-organisé le Gateway Eagle Council XLVII avec le groupe de pression archi-conservateur, l’Eagle Forum. Décrit à juste titre par le magazine Nation comme “Davos pour les fascistes”, le forum a réuni des médias d’extrême droite, des militaires, des personnalités religieuses et politiques des États-Unis. Cassandra Fairbanks elle-même, est apparue au nom de The Gateway Pundit dans un panel intitulé “Women Warriors”.

Fait significatif, le forum comprenait des représentants du fascisme européen. Parmi eux figurait Petr Bystron, qui est un parlementaire de l’Alternative für Deutschland (AfD). L’AfD est le parti fasciste qui est maintenant l’opposition officielle en Allemagne. Petr Bystron a déclaré que l’Islam n’avait pas sa place en Allemagne et a défendu l’utilisation de la force mortelle à la frontière allemande contre les immigrants. L’AfD a contribué à créer l’atmosphère qui a récemment vu des milliers de néo-nazis défiler à Chemnitz pour saluer les nazis, pourchasser les immigrés et attaquer un restaurant juif. Le leader de l’AfD, Alexander Gauland, a récemment écrit un article sur un discours d’Adolf Hitler de 1933 dans un grand quotidien allemand.

Était également présent Dominik Tarczynsk, actuellement député du parti politique au pouvoir, le Droit et la Justice en Pologne. Ce parti est violemment anti-immigrant, nationaliste, islamophobe, socialement réactionnaire et autoritaire.

Était également présent Dominik Tarczynsk, actuellement député du parti politique au pouvoir, le Droit et la Justice en Pologne. Ce parti est violemment anti-immigrant, nationaliste, islamophobe, socialement réactionnaire et autoritaire.

Dominik Tarczyński (parti Droit & Justice) avec Cassandra Fairbanks.

Sous son règne, le plus grand rassemblement d’extrême droite en Europe depuis celui des nazis s’est tenu à Varsovie, où 60 000 personnes ont défilé en novembre 2017 en portant des bannières sur lesquelles on pouvait lire “Pologne pure, Pologne blanche”, “Priez pour l’Holocauste islamique” et “Réfugiés, sortez ! La marche a été saluée par des sections de la

Gouvernement. Le gouvernement polonais met également en place un réseau de forces paramilitaires qui intègre des milices et une idéologie d’extrême droite.

Bannière anti-Islam lors d’une marche d’extrême droite en Pologne en 2017.

Trump s’est exprimé en Pologne en 2017, appelant ouvertement aux sentiments d’extrême droite anti-immigrants. Cela fait partie des plans du gouvernement américain d’utiliser la résurgence du nationalisme polonais pour construire l’Alliance des Trois Mers des pays d’Europe de l’Est d’extrême droite comme un rempart contre l’Allemagne et la Russie.

C’est un exemple de la manière dont la construction du fascisme profite à la classe dirigeante américaine, tant sur le plan intérieur qu’à l’étranger, alors qu’elle se prépare à une guerre mondiale. Auparavant, sous Obama, la classe dirigeante américaine avait constitué des forces fascistes et néonazies en Ukraine pour attaquer les intérêts russes.

LES LOUPS DÉGUISÉS EN MOUTONS – COMMENT L’EXTRÊME-DROITE SUBVERTIT UNE CAMPAGNE PROGRESSISTE

Les personnalités d’extrême droite qui ont participé aux vigiles de #Unity4J ont cyniquement adapté leur message pour y inclure des positions progressistes.

Tout d’abord, ils ont évité de débiter le genre de rhétorique fasciste ouverte qu’ils utilisent lorsqu’ils s’adressent à la foule de MAGA directement par le biais de leurs autres plateformes médiatiques.

Deuxièmement, ils ont joué sur le croisement qui existe entre les partisans enragés de Trump et de nombreux libéraux sous la forme d’un sentiment virulent anti-démocrate et anti-Clinton. Les démocrates – devraient bien sûr – être condamnés pour leur persécution d’Assange, leur bellicisme sanglant et leur corruption.

L’extrême-droite ne fait cependant de telles critiques que pour détourner l’attention des crimes actuels commis par Trump, dont la persécution d’Assange. Une focalisation presque exclusive sur les crimes des démocrates établit un programme pro-Trump par l’acte d’omission.

Troisièmement, les figures d’extrême droite utilisent le récit du “peuple contre l’État profond”. Les services de renseignement des États-Unis et d’autres puissances impérialistes méritent toutes les condamnations possibles pour leurs meurtres, leur surveillance, leurs mensonges, leur oppression et leur bellicisme.

Dans les mains de l’extrême-droite, ce récit est cyniquement utilisé pour faire de Trump une “victime” du même peuple qui persécute Assange. Trump est transformé de l’oppresseur d’Assange en une autre victime !

Enfin, l’extrême droite pointe du doigt les mensonges perpétrés par la presse grand public sur Assange. La presse grand public a perdu à juste titre sa crédibilité auprès de certaines parties de la classe ouvrière pour avoir régurgité servilement des mensonges de la classe dirigeante. Cependant, une telle condamnation de l’extrême droite ne sert qu’à renforcer le récit de Trump selon lequel la presse est en réalité “l’ennemi du peuple”. En fin de compte, ces critiques de la presse par l’extrême-droite seront utilisées pour justifier la répression de la liberté d’expression et de parole de l’ensemble de la classe ouvrière.

L’extrême-droite au sein des vigiles de #Unity4J a infiltré la campagne de défense de Julian Assange en manipulant cyniquement la colère légitime contre la presse grand public, les services de renseignements et les démocrates. Ils tentent de subvertir cette colère et de la diriger derrière l’atout également réactionnaire de la classe dirigeante. Ils s’efforcent également de détourner cette colère légitime de sa véritable source, la classe dirigeante capitaliste.

Il est extrêmement déroutant que des personnalités comme Lee Stranahan soient mises sur un pied d’égalité avec Chris Hedges et Daniel Ellsberg au sein de #Unity4J. La classe ouvrière ne peut pas lutter efficacement contre les fascistes si ces loups sont autorisés à se déguiser en moutons pour défendre Assange et “combattre l’establishment” – en se cachant parmi de vraies voix progressistes.

LE GRAND MENSONGE SELON LEQUEL L’EXTRÊME-DROITE EST “ANTI-ESTABLISHMENT”.

Joseph Goebbels (ministre de la propagande nazie)

Il convient de rappeler que les nazis se sont présentés comme des figures “anti-establishment”, luttant au nom de l’Allemagne ordinaire – non seulement contre la menace de la révolution bolchevique, mais aussi contre la menace des élites cosmopolites ou mondialistes sous la forme des Juifs. À cette fin, ils se sont fait passer pour des “anticapitalistes”. En 1925, Joseph Goebbels, qui est devenu plus tard le ministre de la propagande nazie, a lancé un appel en faveur d’une lutte “unie” contre le capitalisme :

Le capitalisme est la distribution immorale du capital… L’Allemagne deviendra libre au moment où les trente millions de la gauche et les trente millions de la droite feront cause commune. Un seul mouvement est capable de le faire : Le national-socialisme, incarné par un seul Führer – Adolf Hitler.

Le fascisme se nourrit du trope “étranger”. Donald Trump est un milliardaire de la propriété, politiquement lié, mais sa campagne a été qualifiée d’”outsider” qui vient “drainer le marais” de Washington et mettre fin à la prétendue exploitation des États-Unis par d’autres pays. Trump lui-même s’est insurgé contre les “mondialistes” qui conspirent contre les États-Unis.

Unity4J fasciste, Cassandra Fairbanks a déclaré au magazine Cosmopolitan en 2017

Soutenir Trump est assez rebelle. On reçoit de la haine de la droite et de la gauche”, dit-elle. “Toute sa présidence est un peu comme une rébellion contre l’establishment, ou les néo-conservateurs, et juste D.C. en général, la façon dont les choses se passaient. C’est assez punk rock.

La “rébellion” contre “D.C. en général” se révèle être une imposture lorsque Fairbanks tweet l’influence et les connexions de la droite à D.C. en justifiant son rôle et celui d’autres figures de la MAGA dans #Unity4J (voir image de droite).

Stranahan, Fairbanks, Posobiec, Goodman et Cameron cherchent également à exploiter la campagne Defend Assange pour renforcer leurs fausses références “anti-establishment”. À un niveau plus profond, ils cherchent à se prélasser dans la gloire de Julian Assange lui-même, une véritable figure anti-establishment qui a tout risqué dans une véritable lutte contre le pouvoir impérialiste.

Ces personnalités et le mouvement MAGA qu’elles soutiennent ne sont en aucun cas anti-establishment. Ils sont soutenus par des sections puissantes de la classe dirigeante, y compris les milliardaires et millionnaires d’entreprise qui ont financé les carrières de Stranahan, Fairbanks, Posobiec et Cameron. Des personnalités d’extrême droite dominent actuellement la Maison Blanche par l’intermédiaire de la présidence Trump – notamment le fasciste Stephen Miller, conseiller politique principal, et une coterie de généraux et de milliardaires à l’esprit fasciste dans le cabinet de Trump.

Alors qu’une faction de l’”État profond” s’oppose clairement à Trump, d’autres sections de la CIA, du FBI et de la NSA reconnaissent un ami qui leur jette de l’argent et installe un tortionnaire comme Gina Haspel au poste de chef de la CIA. Pour voir que l’État facilite activement l’extrême droite aux États-Unis, il suffit de regarder le traitement de tapis rouge réservé aux fascistes qui ont récemment manifesté à Washington D.C.

Au niveau international, les “États profonds” contribuent également à répandre les tentacules du fascisme. On sait qu’il existe une collusion entre les services de sécurité en Allemagne et l’AdF fasciste. Stephen Bannon, comme d’autres personnalités d’extrême droite, a des liens avec le complexe militaire/du renseignement sous la forme de son service passé. Il est difficile de croire que le travail actuel de Bannon avec l’extrême-droite dans des pays comme le Brésil se fait à l’insu et sans la collaboration de sections des services de renseignements américains.

Ces faux fascistes “anti-establishment” dans #Unity4J sont en fait liés à la classe dirigeante par mille fils.

L’IMPASSE DE L’UNIFICATION AVEC LES FASCISTES POUR ARRÊTER LA TROISIÈME GUERRE MONDIALE

Il ne fait aucun doute que le monde vacille au bord d’une autre guerre mondiale, qui entraînerait un holocauste nucléaire. Les États-Unis sont déterminés à compenser la baisse de leur puissance économique par la projection d’une puissance militaire nue. Les pays qui doivent être subjugués en premier sont les États dotés de l’arme nucléaire, la Chine et la Russie.

La Chine est encerclée militairement et frappée par les mesures de guerre commerciale des États-Unis, les forces de l’OTAN s’amassent aux frontières de la Russie, et les forces américaines et russes s’affrontent dans la poudrière de la Syrie. Les États-Unis ont déchiré le traité nucléaire sur les FNI. Les factions démocrates et républicaines de la classe dirigeante américaine sont toutes deux engagées dans cette politique impériale meurtrière – bien qu’elles ne soient pas d’accord sur la stratégie exacte.

Ce n’est pas une hyperbole ! L’Empire américain possède des bases militaires dans la plupart des pays du monde, est le seul État-nation à utiliser des armes nucléaires de manière agressive et a tué des millions de personnes lors d’interventions militaires et politiques depuis la Seconde Guerre mondiale.

La jeunesse et la classe ouvrière répondront inévitablement à toute conflagration mondiale par un puissant mouvement international anti-guerre. Cependant, les graines de #Unity4J contiennent le potentiel d’un piège mortel pour la classe ouvrière.

Les fascistes de la veillée #Unity4J du 6 octobre ont clairement indiqué qu’ils préparaient un tel piège. Lee Stranahan et Cassandra Fairbanks ont fait valoir plusieurs points en soutenant que #Unity4J pose les bases d’un futur mouvement anti-guerre subordonné à la politique nocive de l’extrême droite et des forces de classe qu’elle représente.

Il va sans dire que quiconque soutient le régime des faucons de guerre vicieux de Trump, qui fait actuellement la guerre, menace d’anéantir des pays entiers et a considérablement augmenté le budget du Pentagone – n’est pas vraiment anti-guerre !

Ce développement ne fait qu’accroître l’urgence d’exposer ces forces au sein de la campagne Defend Assange. La classe ouvrière internationale et les socialistes révolutionnaires doivent saisir toutes les occasions d’exposer et de vaincre les fascistes avant qu’ils ne puissent polluer le mouvement anti-guerre.

LA CLASSE OUVRIÈRE INTERNATIONALE – LA SEULE FORCE SOCIALE QUI PUISSE S’ÉCHANGER LIBREMENT

Le fascisme n’est pas encore un mouvement de masse aux États-Unis ou en Europe. Il n’est pas non plus la force dominante de la campagne de Julian Assange. Cependant, il n’y a pas lieu de se reposer sur ses lauriers. Les pressions de classe générées par la crise du capitalisme font que l’équilibre des forces peut changer très rapidement.

Le fascisme en tant que mouvement anticlasse ouvrière ne gagnera jamais le soutien de la majorité. Cependant, il doit seulement être suffisamment important et bien armé – pour pouvoir s’emparer du pouvoir en collaboration avec la classe dirigeante. C’est pourquoi le fascisme doit être combattu et vaincu avant qu’il ne puisse s’emparer pleinement du pouvoir.

Seul un mouvement international de la jeunesse et de la classe ouvrière, qui se bat de manière indépendante et en opposition à toutes les factions de la classe dirigeante, peut générer la force politique nécessaire pour libérer Julian Assange. C’est aussi la seule force sociale qui peut défendre les principes démocratiques et lutter contre la censure et la guerre.

Un tel mouvement ne se construira pas sur la croupe des électeurs désorientés, petits bourgeois, Trump, mais en faisant appel aux éléments les plus progressistes de la jeunesse et de la classe ouvrière internationale. L’inclusion importante de personnalités d’extrême droite dans les vigiles de #Unity4J retarde ce processus.

Classconscious tend la main à ces couches progressistes par le biais de son site web, des groupes de campagne sur Facebook et en aidant à coordonner les protestations mondiales pour défendre Julian Assange. Nous avons aidé à organiser des manifestations mondiales coordonnées en juin et en août, et nous en prévoyons d’autres le 4 novembre. Nous coordonnons des manifestations mondiales si Julian est expulsé de l’ambassade équatorienne de Londres.

Nous sommes sincèrement convaincus que la publication d’articles qui délimitent les forces de classe impliquées dans la campagne et l’organisation de manifestations mondiales sont deux éléments essentiels de nos efforts pour libérer Julian Assange.

UN MOMENT CRUCIAL DE L’HISTOIRE

En 1931, Trotsky lança un appel urgent pour un front uni des travailleurs allemands contre la menace du fascisme.

Travailleurs-communistes, vous êtes des centaines de milliers, des millions ; vous ne pouvez partir nulle part, il n’y a pas assez de passeports pour vous. Si le fascisme venait à prendre le pouvoir, il passerait par-dessus vos crânes et vos épines comme un char d’assaut formidable. Votre salut réside dans une lutte sans merci. Et seule une unité de combat avec les travailleurs sociaux-démocrates peut vous apporter la victoire. Hâtez-vous, communistes-travailleurs, il vous reste très peu de temps !

Les paroles de Trotsky se sont tragiquement réalisées lorsque les nazis ont contribué à transformer l’Europe en un charnier. Le mouvement fasciste d’aujourd’hui est tout aussi dangereux. En effet, armé d’armes nucléaires, de surveillance de masse et d’autres technologies modernes, les horreurs du XXe siècle pourraient être largement dépassées. Avant même la consolidation du fascisme, nous assistons à la réapparition des camps de concentration pour les immigrés, des lois de type Nuremberg contre les musulmans, des bandes fascistes s’organisant violemment dans les rues et à la mise en place d’États policiers par les gouvernements capitalistes du monde entier.

250 000 personnes marchent contre l’extrême droite à Berlin, en octobre 2018.

Nous ne disons pas cela par défaitisme ou démoralisation, mais comme un appel aux armes lancé à la classe ouvrière et à la jeunesse – pour tenir compte des leçons de l’histoire et utiliser tout son pouvoir pour empêcher le fascisme de consolider davantage son pouvoir.

La classe ouvrière internationale se chiffre maintenant en milliards et est liée par les technologies de communication modernes, notamment l’internet. La classe ouvrière et la jeunesse sont les seules classes sociales qui ont le pouvoir de vaincre le fascisme, d’arrêter la guerre mondiale et d’éviter que la classe dirigeante ne plonge le monde dans un cauchemar barbare.

Si Julian Assange nous a montré quelque chose, c’est que, armés de la vérité, nous avons le pouvoir !

C’est une vérité importante que d’exposer les fascistes qui tentent de subvertir la campagne de défense d’Assange par leur participation à #Unity4J. Nous devons les appeler par leur vrai nom et ensuite avancer ensemble pour construire le mouvement de la jeunesse et de la classe ouvrière internationale nécessaire pour libérer Julian Assange et protéger toutes nos libertés !

Je vais vous dire, fascistes
Vous pourriez être surpris
Les gens dans ce monde
S’organisent
Vous allez forcément perdre
Vous, les fascistes, vous êtes condamnés à perdre”.

Woodie Guthrie

The post “Appeler les choses par leur nom” : Les “démagogues fascistes engagés” qui n’ont pas leur place dans une campagne pour défendre Julian Assange. appeared first on Class-Conscious.

Get involved!

Comments

No comments yet